Recueillement devant le Stade de France

Instants de recueillement ce dimanche matin, près du Quick et de la brasserie Event’s, face au Stade de France, où les kamikazes ont fait couler le sang et l’effroi, vendredi soir. Le maire (PC) de Saint-Denis, Didier Paillard, le député (FG) Patrick Braouezec et quelques adjoints ont déposé des fleurs sur les lieux des explosions.

 « Tous ceux qui aujourd’hui prennent le risque de montrer du doigt l’unité nationale font le jeu des terroristes », martèle Stéphane Peu, adjoint au maire. Un barrage de police empêche les élus de s’approcher trop près de la brasserie l’Event’s, lieu de la première explosion. Des expertises étaient toujours en cours ce dimanche matin.

«Maintenant la banlieue est visée par les terroristes»

Le quartier est encore groggy. « Maintenant la banlieue est visée par des terroristes » explique Enzo, qui d’ordinaire regarde les matchs de foot à l’Event’s. Un peu plus tard dans la matinée, les badauds arrivent sur les lieux, pour voir, comprendre, photographier les stigmates de l’horreur. « Mes enfants ont vu ça à la télé, ça paraissait tellement irréel, j’ai tenu à venir, avec eux, pour voir », confie un père de famille avec ses deux petits de 8 et 11 ans. Des événements qui lui rappellent les années noires en Algérie, ce pays natal qu’il a fui en 1993.

Si l’interdiction des rassemblements est levée, un hommage public aura lieu jeudi à 18 heures devant le Stade de France.

Source : Le Parisien