Visite avec Fadela Benrabia, Préfète à l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis

Visite Saint Denis - Fadela Benrabia

Le 22 février dernier nous avons avec le Maire, Didier Paillard, et les élu-e-s, Laurent Russier, Maire-adjoint à la politique de la ville et Mathilde Caroly, conseillère municipale à l’hygiène de l’habitat et à l’habitat, fait visiter à la Préfète à l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis, Fadela Benrabia, le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD) de Saint-Denis.

A l’occasion de cette visite de terrain j’ai pu montrer à la Préfète à l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis nos efforts pour l’amélioration des conditions de vie dans le centre emblématique de la ville.

La lutte contre l’habitat dégradé s’est accentuée entre 2011 et 2016 grâce au PNRQAD et a porté ses fruits bien au-delà des objectifs que nous nous étions fixés :

  • 23 millions d’euros de travaux ont été votés dans le cadre de l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH)
  • 1800 logements ont été améliorés
  • 220 logements indécents ont été acquis par la SOREQA (une société publique locale d’aménagement)
  • 2 opérations neuves ont été livrées (45 logements sociaux et une crèche de 35 lits)
  • 65 ménages ont été relogés dans le parc social

Au total, ce sont plus de 70 millions d’euros qui ont été investis sur 6 ans par la Ville et ses partenaires.

Malgré ce travail de fourmi, des copropriétés restent en échec. Des milliers de Dionysiens, habitants du centre-ville, endurent encore des conditions de vie indignes et insupportables. Ces logements insalubres et indignes ne devraient plus exister dans notre pays.

C’est pourquoi notre effort collectif doit être poursuivit dans le cadre du volet insalubrité du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPRNU).

L’action de la Ville, de Plaine Commune et de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU) va permettre sur les deux secteurs Péri/République et Gare / Châteaudun / De Geyter de résorber durablement les poches d’insalubrité et d’améliorer l’offre de logements entre d’ici à 2022. Dans cette perspective, il est nécessaire que nous menions simultanément des actions incitatives auprès des copropriétaires mobilisés et des actions coercitives en direction des propriétaires indélicats.

Dans le cadre du volet insalubrité du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain la Ville affiche des objectifs ambitieux :

  • Recycler 495 logements insalubres du parc privé du centre-ville au moyen d’une politique d’appropriation publique
  • Livrer 300 logements dans le cadre d’opérations de réhabilitation lourde et de démolition/reconstruction
  • Accompagner le relogement de 375 ménages au moyen d’une résidence dédiée au relogement temporaire.

La particularité de notre projet de lutte contre l’habitat dégradé du centre-ville de Saint-Denis est qu’il s’appuie également sur les nombreux projets urbains environnants générateurs d’effets leviers pour redonner de l’attractivité et améliorer la qualité de vie de tous.

Seules des politiques du logement volontaristes permettront d’éradiquer ce fléau qui touche principalement les ménages les plus pauvres. Au-delà des problèmes de bâti, l’habitat insalubre génère un coût économique et social dramatique. On sait désormais qu’il existe une relation causale entre la qualité de l’habitat, la santé, la réussite scolaire et l’emploi.

Nous avons fait du renouveau du centre-ville une priorité car c’est le moyen de donner à chaque habitant l’accès aux services et aux opportunités de la métropole. Notre objectif est de replacer le centre historique dans un cercle vertueux de développement. L’accélération de la lutte contre l’habitat insalubre au travers du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain est une condition majeure pour réaliser cette ambition.