Non à la casse du logement social !

Jeudi 7 avril dernier, je me suis rendu avec d’autres maires communistes d’Ile-de-France, des amicales de locataires et des demandeurs de logement devant le Conseil régional, afin de protester contre la casse du logement HLM organisée par la nouvelle majorité régionale menée par Valérie Pécresse.

Manifestation du 7 avril 2016

La droite régionale, a décidé récemment de mettre fin au financement des logements dits « très sociaux » dans les communes qui, comme Saint-Denis, comptent plus de 30% de logements HLM pour les ménages modestes.
Plus de 70% des Franciliens et 80% des Dionysiens sont éligibles au logement HLM. Notre ville compte plus de 7500 ménages en attente d’un logement social. Le politique du logement menée par Madame Pécresse et son Vice-président au logement Geoffroy Didier (LR) a un effet dévastateur sur la construction de logements sociaux. Cette décision est absurde et contreproductive quand on connaît l’état actuel de crise du logement en Ile-de-France.

La droite régionale déclare vouloir « casser les ghettos » mais en fait elle stigmatise plus encore les villes populaires comme Saint-Denis qui souhaitent produire du logement pour répondre aux besoins de l’ensemble de sa population.

Plutôt que de montrer du doigt les villes bâtisseuses comme la notre et de les pénaliser, Madame Pécresse ferait mieux de s’occuper des ghettos de riches qui pullulent dans certains départements.

Oui, il faut mieux répartir l’effort de construction, mais pas en empêchant les villes populaires de continuer à construire mais en obligeant les villes qui ne respectent pas la loi SRU – qui impose 25% de logements HLM – à le faire !

Une délégation d’élu-e-s dont j’ai fait partie a été reçue par Geoffroy Didier, qui a affirmé la volonté de la droite régionale de maintenir ce cap, tout en nous disant qu’il pourrait y avoir des exceptions au cas par cas.

Naturellement ces réponses ne sont pas satisfaisantes et nous poursuivrons, face à la Région, face à l’État, notre combat pour défendre le logement HLM, et qu’enfin soient accordées les moyens d’une vraie politique du logement à la hauteur des besoins !